Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Chers amis qui vivez à Porto ou dans ses environs,

Vous avez découvert un bel endroit? Déniché une adresse insolite? Fait des rencontres qui vous ont surpris, amusé ou ému? 

N'hésitez pas à partager ces moments en nous envoyant vos textes et photos à vivreaporto@gmail.com

Cet espace est le vôtre, profitez-en !

R - Impressions partagées

ENTRE CHIENS ET CHATS               

 

Durant ce mois de juillet, j’ai eu l’occasion de passer deux demi-journées à l’association MIDAS qui gère un refuge pour plus d’une centaine de chiens et chats abandonnés, sur la commune de Custoias, district de Matosinhos. Une expérience forte, qui m’a fait toucher de près la fragilité de ces structures d’accueil.

 

Bien que desservie par le métro, l’association sans but lucratif « Movimento Internacional em Defesa dos Animais » se trouve dans un coin reculé du grand Porto, nichée au pied d’un immense pont, côtoyant un terrain destiné à accueillir un projet de gestion de déchets (financé à 50% par un fonds européen). Tout près, une petite rivière coule à travers un parc ambiental, apportant une certaine douceur à cet environnement quelque peu hostile. L’association Midas, présidée par la très souriante et dynamique Ligia, a été constituée par un groupe de bénévoles qui chaque jour tente de diminuer le nombre d’animaux errants et abandonnés, procédant à leur stérilisation, traitements et réhabilitation.

 

Ayant toujours eu un faible pour la race féline, c’est donc guidée par une autre bénévole que j’ai passé mes deux matinées à nettoyer les trois espaces dédiés aux chats : l’infirmerie pour les animaux malades ou convalescents, le playground pour ceux en phase de socialisation, puis enfin le gatil ou chatterie à proprement parler ; je dirais un total d’environ 70 chats et chatons. Le nettoyage des cages, litières et autres accessoires est fait à fond tous les matins car, n’oublions pas, nous avons à faire ici comme dans tout le pays à des professionnels de la propreté. Les divers produits de nettoyage mis à notre disposition font d’ailleurs partie des nombreux dons faits à l’association. Il n’est pas loin de 13h00 et le chat qui, rappelons-le est un être calme et vous accueille en général d’un air curieux, se trouve tout à fait à son aise, et en somme ravi, une fois le ménage fait autour de lui, ses écuelles lavées et remplies d’eau fraîche, et de nouvelles croquettes piochées dans la gamme étendue de Royal Canin.

 

De l’autre côté du centre se trouvent les nombreux chiens, beaucoup plus vocaux et démonstratifs que leurs voisins félins. Mais là aussi, une fois le nettoyage de leur cage fait à grands coups d’arrosage hyper puissant, et leur ration quotidienne distribuée, les aboiements assourdissants font place à un calme, certes éphémère, mais où chaque animal tentera de s’accommoder, en attendant les éventuelles visites et promenades de l’après-midi.

A croire que la misère serait moins pénible dans la propreté…

 

Le dernier bénévole quittera les lieux à 17h30, laissant les bêtes seules sous ce grand pont jusqu’à 8h00 le lendemain matin.

 

L’association MIDAS –comme une centaine d’autres à travers le pays- fait appel à la générosité de vétérinaires, donateurs, distributeurs d’alimentation canine et féline, organise des campagnes de sensibilisation, reçoit les familles d’accueil, et ouvre grands ses bras à tous bénévoles qui auraient un peu de temps à consacrer aux animaux recueillis, en détresse.

 

www.associacaomidas.org

 

 

 

Linda Adenis-Lamarre, Porto 07/2017

Linda.adenislamarre@sfr.fr

R - Impressions partagées

PARQUE NATURAL DO DOURO INTERNACIONAL & FOZ COA

ARRET SUR IMAGES

1-4 octobre 2016

Cette excursion, je voulais la faire depuis un moment, depuis que j’avais appris que le monumental canyon creusé par le Douro sur 120 kms à la pointe nord-est du Portugal formait l’habitat pour un grand nombre d’espèces d’oiseaux menacées : Cigognes noires, Vautours d’Egypte, Vautours griffons, Faucons pèlerin et plusieurs espèces d’aigles.

 

L’habitat humain dans cette région (Miranda do Douro, Tras os Montes) y est tout aussi fragile. Sur les plaines qui rejoignent les rives du canyon se trouvent une trentaine de villages (aldeias) souvent habités par les descendants de familles pourchassées pendant le Moyen Age, et de juifs qui ont fui l’Inquisition. L’isolement de cette région a permis à la population de maintenir certaines de ses racines : on danse encore la Dança dos paulitos, et de nombreux villageois continuent à parler le Mirandès que les linguistes identifient comme descendant directement du Latin Ibérique. En vous promenant dans les villages, vous verrez parfois les noms des rues inscrits en Portugais et en Mirandès.

Cliquer pour lire la SUITE DE L'ARTICLE

R - Impressions partagées

Linda Adenis-Lamarre - 10/2016

Linda.adenislamarre@sfr.fr

R - Impressions partagées

MON SÉJOUR CHEZ A ROCHA PORTUGAL

Mexilhoeira Grande, région d’Alvor, Algarve

27-31 octobre 2015

Mardi 27/10

Il était environ 15 heures. Lisa et moi avions quitté Lisbonne le matin même, et savions que nous étions très proches du but, à quelques centaines de mètres peut-être de notre destination finale. Et c’est sur ce chemin de terre, situé à quelques encablures de la lagune d’Alvor, que nous avons rencontré Willem, un grand homme mince aux cheveux blancs, citoyen Hollandais, revenant sûrement d’une énième reconnaissance Ornitho aux alentours, qui nous a guidé vers Cruzinha, le centre A Rocha Portugal, qui devait nous accueillir pour 4 jours. Aussitôt, Marcial et Paola Felgueiras, les responsables de cette petite ONG, sont apparus (avec les trois chiens adoptés dont Linda) et nous ont chaleureusement accueillies dans le joli salon du centre, rempli d’une bibliothèque étonnante sur tous les sujets de la Nature.

Cliquer pour lire la SUITE DE L'ARTICLE

Linda Adenis-Lamarre

Porto, Novembre 2015

Linda.adenislamarre@sfr.fr

R - Impressions partagées

DÉCOUVERTE DU MARCHÉ DE VILA DO CONDE

R - Impressions partagées

A une trentaine de kilomètres de Porto, nous nous sommes rendus à Vila do Conde.

Cette ville fait partie du district de Porto et comptait 28.636 habitants en 2011.

C'est la ville principale du "concelho" de Vila do Conde" qui comporte 21 "freguesias" et 7 "uniões de freguesias", 79 533 habitants et presque 150 km2.

Nous avons visité le marché du vendredi qui est délimité par la "Rua de 5 de Outubro" et la "Rua Conde dom Mendo".

Son entrée se situe sur la "Praça de São João", saint patron de la ville.

R - Impressions partagées

Sabine Wenselaers

Novembre 2015

Pour accéder à toutes les photos, cliquer sur cet ALBUM

R - Impressions partagées

LE COUP D’ŒIL EUROPÉEN DE LINDA…

R - Impressions partagées

Quand on parcourt notre vieux continent, que ce soit à travers l’Europe Centrale ou la Péninsule Ibérique, on a parfois le sentiment d’être tous plus ou moins cousins,  avec des habitudes quotidiennes dans le fond assez similaires, en partant des premières salutations, de ce qu’on va manger, comment et à quelle heure, de comment s’habiller et à quel moment, jusqu’à toutes sortes de manières d’être et de se conduire…

Mais malgré tout, d’un pays à l’autre les choses diffèrent, et c’est ce que je vous propose d’observer.

R - Impressions partagées

SE SALUER

Même si la poignée de main reste aujourd’hui le geste universel pour qui se rencontre pour la première fois, au Portugal par exemple, ne soyez pas étonné si, entre femmes, votre propriétaire ou votre prof de Pilates vous tend sa joue dès la seconde rencontre – un geste qui pourtant peut paraître paradoxal tant cette société reste hiérarchisée. Selon Sara Tavares, diplômée de Langue & Culture et Portugaise à l’U. Paris Sorbonne, tendre votre main à ce moment-là  serait un geste maladroit qui indiquerait votre souhait de garder vos distances ou de ne pas tomber trop vite dans la familiarité.

Est-ce une question de génération ou  simplement une manifestation développée de l’accueil chez nos amis lusophones ?

R - Impressions partagées

A TABLE !

Si vous êtes au restaurant en Italie, vous trouverez presque systématiquement sur votre table huile d’olive, vinaigre balsamique et poivrier. En France, ça sera le sel et le poivre. En Slovaquie, un pot avec vos couverts enroulés de serviettes de papier vous attendra. Dans d’autres pays, vous aurez peut-être la chance, dès que vous aurez choisi votre table, de voir apparaître une carafe d’eau fraîche. Mais en arrivant au Portugal, je fus surprise de devoir réclamer le sel et le poivre à chacun de mes repas à la Confeitaria. En effet, en vous attablant dans votre café préféré, vous ne trouverez ni huile, ni vinaigre, ni sel ni poivre, ni couverts ; seul un distributeur de guardanapos  (serviettes en papier) trônera sur votre table.

La raison de cette absence de sel sur la table, vous l’aurez peut-être deviné, est dûe à la générosité de la cuisinière pour ce condiment largement produit dans le pays, malgré les diverses campagnes contre l’excès de sel. Donc, cuidado pour vos artères, évitez d’en rajouter !

Quoiqu’il en soit, verra-t-on un jour prochain toutes ces petites différences culturelles propres à chaque pays, et qui rendent nos voyages si colorés, rassemblées sous forme de livret que distribueront nos structures d’accueil aux nouveaux arrivants ? A suivre !

Linda Adenis-Lamarre

Porto, Septembre 2015 

linda.adenislamarre@sfr.fr

Pour en savoir plus sur l'auteur de cet article: A PROPOS DE L'AUTEUR

R - Impressions partagées

Partager cette page

Repost 0
Published by Vivre à Porto